Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MUSIC and RUBBISH : Long Player Late Blogger

Ici des chroniques écrites par Lester (Serge) et Bangs (Jess). Présentations faites, passons au contenu : ce blog est destiné à faire partager des disques, récents comme oubliés, (connus par 3,52% de la population mondiale et par toi!). Parlons enfin Rock'n'roll, sans répit ni compromis. Sortez vinyles et tee shirt de fans, trainez en calbute, buvez bières & coca: Starting Over!

Bruce Langhorne - The Hired Hand (LP)

Publié le 16 Décembre 2012 par Lester&Bangs in Disques

BL-square-back-cover-.jpg

 

BL-square-cover-.jpg

 

 

Le "Mr Tambourin Man" de Dylan c'est lui, Bruce Langhorne, un des guitaristes de sessions les plus importants au début des années 60.

 

Dylan écrit : "Bruce jouait de la guitare avec moi…et il avait ce gitantesque tambourin…gros comme une roue de chariot..et cette vision est juste restée coincée dans ma mémoire…"

 

Outre Bob Dylan, Il a joué avec à peu près tout le monde à cette époque ( Richie Havens, Buffy Sainte-Marie, Gordon Lightfoot, Joan Baez, Fred Neil…).

 

Il décrit lui même l'origine de son style distinctif, mélange d'acoustique et d'électrique, dans une interview :


"Bull Sandy avait un ampli Fender Twin Reverb vraiment génial que j'avais l'habitude d'emprunter pour les sessions. C'était un de ces vieux amplis brun, qui produisait un effet de trémolo, ....  j'ai essayé d'adapter ces effets, le tout dans un style très influencé par la technique de Roebuck Staples" ( The Staples Singers ).

Bruce Langhorne passe à la postérité grâce à cette bande originale  du premier western réalisé et interprété par Peter Fonda en 1971, The Hired Hand ( rééditée en vinyle sur Scissor Tail Records à 1000 exemplaires numérotés à la main et c'est un véritable miracle de voir renaître cet album  très rare enregistré en 1969 ).

Pour l'anecdote, Bruce Langhorne, pour composer, se projetait chez lui à Laurel Canyon une copie du film en noir et blanc et jouait en même temps, sur sa guitare à cordes acier, superposant sur son Revox orgue, piano, banjo, violon, harmonica, flûte à bec, dulcimer…

Hypnotique minimaliste  délicate et désabusée, peuplée de tous les fantômes de l'ouest américain, cette bande son millimétrée, sans véritable équivalent dans le genre, renforce et magnifie un film tour à tour surréaliste, pessimiste et mélancolique.

 

 

Commenter cet article