Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MUSIC and RUBBISH : Long Player Late Blogger

Ici des chroniques écrites par Lester (Serge) et Bangs (Jess). Présentations faites, passons au contenu : ce blog est destiné à faire partager des disques, récents comme oubliés, (connus par 3,52% de la population mondiale et par toi!). Parlons enfin Rock'n'roll, sans répit ni compromis. Sortez vinyles et tee shirt de fans, trainez en calbute, buvez bières & coca: Starting Over!

DR. DOG - B.Room - 1° Octobre 2013

Publié le 21 Septembre 2013 par Lester&Bangs in Disques

dr-dog_b-room.jpg

 

 

01. The Truth 02. Broken Heart 03. Minding The Usher 04. Distant Light 05. Phenomenon 06. Too Weak To Ramble 07. Long Way Down 08. Cuckoo 09. Twilight 10. Rock & Roll 11. Love

12. Nellie

 

 

Si tu es pain perdu, printemps, l'autre côté des choses, molleton, chimie du parfum ou anatomie du silence, alors B.Room va te sembler un album  à coucher dehors. Si tu es plutôt clafoutis, meringue, imbroglio, resquille, zombies, plumes et goudron alors tu vas courir avec bonheur sur une faille sismique tout au long de ce disque  instable et lacéré.

Je m'explique.

Somptueuse intro de The Truth qui nous renvoie au meilleur d'Isaac Hayes dans Shaft, suivi d'un Broken Heart tatoué Bowie 80's, plus loin un Hey Jude tartiné sur Nellie. On poursuit avec Love, sans aucun doute une chute de BE THE VOID l'album précèdent, vu qu'il n'a rien à faire là, puis Long Way Down qui mixe Mungo Jerry et T.Rex affublés d'une section cuivre saoul, et Cuckoo patchwork de Steve Miller Band. Aussi vrai que sans traces et sans racines on pèse pas lourd,  le mode opératoire de B.Room échappe cependant à toute analyse là ou le business plan des deux albums précédents SHAME SHAME et BE THE VOID était décelable. Alors quoi !

"Tout ce qui m'intéresse soit ça fait grossir soit c' est immoral" a dit Coluche, et c'est exactement là tout l'attrait de cet album de Dr DOG qui renoue ici avec ses vieux démons, nous renvoie par la même  à nos tares émotionnelles et vandalise nos certitudes.

 

 

 

 



 
Commenter cet article