Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MUSIC and RUBBISH : Long Player Late Blogger

Ici des chroniques écrites par Lester (Serge) et Bangs (Jess). Présentations faites, passons au contenu : ce blog est destiné à faire partager des disques, récents comme oubliés, (connus par 3,52% de la population mondiale et par toi!). Parlons enfin Rock'n'roll, sans répit ni compromis. Sortez vinyles et tee shirt de fans, trainez en calbute, buvez bières & coca: Starting Over!

James Taylor - Olympia 15 Mai 2012

Publié le 5 Mai 2012 par Lester&Bangs in News

 

JAMES TAYLOR

 


En attendant l'Olympia du 15 Mai 2012 où nous serons pour vous, voici la Setlist avec liens video du 2 Mai 2012 lors du concert au Palais Des Beaux-Arts à Bruxelles ICI

 

James Taylor at Bozar, Brussels, Belgium Setlist

 


 

 

 

Addiction et succès

1968 sanctionne le début de l'addiction du chanteur à l'héroïne. Afin de se débarrasser de cette fâcheuse habitude, et très vigoureusement soutenu par son père, Taylor traverse l'Atlantique. Il propose une maquette aux disques Apple, et choisit Peter Asher (du duo Peter & Gordon) comme manager. Le label des Beatles lui permet alors d'enregistrer son premier album (James Taylor - 1968). Malheureusement, l'Américain souffre toujours de l'usage de la drogue.
Il regagne alors ses pénates, et est victime d'un accident de moto, au cours duquel ses deux mains sont brisées, ce qui provoque plusieurs mois durant son indisponibilité. Après un changement de label, son deuxième album (Sweet Baby James) paraît en février 1970. Entraîné par le single « Fire And Rain » (qui sera suivi de « Country Road »), le disque est un succès, et développe un intérêt pour son précédent enregistrement, et même pour les brouillons de ses débuts (James Taylor and the Original Flying Machine-1967).
Taylor devient alors l'ambassadeur d'une nouvelle génération d'auteurs, compositeurs et interprètes. D'autant qu'il participe au film de Monte Hellman Macadam à Deux Voies, en compagnie de Warren Oates et du Beach Boys Dennis Wilson, pour lui expérience sans lendemain dans le domaine du septième art.
 

Paternité et triomphes

Au mois d'avril 1971 est édité Mud Slide Slim And the Blue Horizon. L'album est un nouveau succès (deux millions d'exemplaires vendus), et le hit « You've Got A Friend » (composé par Carole King) lui permet de se voir honoré d'un Grammy Award.
Alors que paraît son troisième album (One Man Dog - novembre 1972), dont le résultat sera plus mitigé que ses prédécesseurs, Taylor annonce son mariage avec la chanteuse Carly Simon. Ils auront ensemble deux enfants, Ben et Sally.
Un duo des jeunes mariés (« Mockingbird » - janvier 1974) devient un tube, mais l'album Walking Man (paru au mois de juin de la même année) est un échec commercial.
James Taylor ne se décourage pas : il a raison. L'album Gorilla (mai 1975) lui permet de renouer avec le sommet des hit-parades, en particulier grâce à la reprise du « How Sweet It is (To Be Loved By You) » de Marvin Gaye.
Le septième album d'un chanteur particulièrement prolifique, In The Pocket, est édité en juin 1976. Il est encore une fois certifié disque d'or.
En 1976, la compilation Greatest Hits - qui fleure la fin de contrat - est certifiée disque de diamant (onze millions de copies écoulées, et à ce jour le disque de James Taylor le plus vendu au monde).
Au mois de juin 1977, l'album JT est entraîné par la version du classique de Jimmy James & the Vagabonds (« Handy Man »), et se vend à plus de deux millions d'exemplaires. Taylor se voit pour l'occasion gratifié d'un deuxième Grammy Award.
Après une période récréative (duo avec Art Garfunkel, puis de nouveau en compagnie de Carly Simon), l'album Flag sort en avril 1979, encore une fois stimulé par une reprise de soul music (« Up On The Roof », composé par Carole King et Gerry Goffin pour les Drifters).
Suite à l'affirmation de son opposition au nucléaire (concert collectif sous la bannière de No Nukes), James Taylor participe à un disque pour enfants, puis s'engage dans une longue tournée, interrompue par la sortie en février 1981 de Dad Loves His Work, qui est certifié disque d'or.
Taylor gratifie ensuite le public brésilien d'un exclusif Live In Rio, puis divorce en 1983. Carly Simon lui reproche en effet d'être plus souvent en tournée qu'à la maison.
 

Nouveau mariage, nouveaux concerts

Au mois d'octobre 1985 paraît That's Why I'm Here (malgré un début timide - et la reprise de l' « Everyday » de Buddy Holly), l'album est certifié disque de platine grâce aux multiples concerts distillés à sa suite. Le 14 décembre de la même année, James Taylor épouse Kathryn Walker.
L'emploi du temps du chanteur, alors parfaitement réglé, se décompose entre tournées, et enregistrements d'albums. Se succèdent ainsi Never Die Young (janvier 1988), New Moon Shine (octobre 1991), Live (premier album en concert enregistré sur le sol américain-1993), et Best (Live) (1994), tous vendus à des millions de copies.
En 1996, le chanteur divorce pour la deuxième fois.
Au mois de mai 1997, l'album Hourglass lui permet d'obtenir un nouveau Grammy Award, et en 1998 paraît le premier dvd de l'artiste, Live At The Beacon Theatre.
En 2000, James Taylor est honoré par le Rock And Roll Hall Of Fame, et l'album Greatest Hits, vol. 2 sort la même année.
En 2001, il est invité sur l'album de Mark Knopfler Sailing to Philadelphia.
En 2002, l'album October Road est encore une fois certifié double platine.
En 2003 paraît la première compilation couvrant l'ensemble de sa carrière (The Best Of James Taylor), et une année plus tard, Taylor sacrifie à la tradition des albums de Noël (Christmas Album), expérience renouvelée en 2006 (James Taylor At Christmas).
En 2007, One Man Band paraît sous le double format du cd et du dvd.
En 2008, l'album Covers permet au chanteur de s'approprier des classiques signés Leonard Cohen, ou Eddie Cochran.
 

Copyright 2010 Music Story Christian Larrède

Commenter cet article