Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MUSIC and RUBBISH : Long Player Late Blogger

Ici des chroniques écrites par Lester (Serge) et Bangs (Jess). Présentations faites, passons au contenu : ce blog est destiné à faire partager des disques, récents comme oubliés, (connus par 3,52% de la population mondiale et par toi!). Parlons enfin Rock'n'roll, sans répit ni compromis. Sortez vinyles et tee shirt de fans, trainez en calbute, buvez bières & coca: Starting Over!

KEB'MO' - The Reflection - 2011

Publié le 11 Janvier 2012 par Lester&Bangs in Rubbish

Keb Mo - The Reflexion

KEB'MO' - The Reflection 

2011 -Yolabelle International 

"Le secret de la créativité est de savoir cacher ses sources " (Einstein) et Keb'Mo' l'avait fait de façon éblouissante pour ses deux premiers albums, "Keb'Mo' " en 1994 et "Just Like You" en 1996. Deux albums de blues, celui qu'on aime, une voix profonde, un peu de slide pour tout effet, le blues qui vous fait passer en revue à des heures indues tous vos Buddy Guy et Junior Wells.

Par la suite Keb'Mo' a relaché un peu la pression, sans jamais décevoir cependant.

A propos de "The Reflection", Keb'Mo' a déclaré :"je ne suis pas un vrai bluesman"...crise d'anosognosie, problème de découvert bancaire ou doute existentiel ?

A la première écoute, on comprend le business plan :

- échapper au marasme du disque et des ventes du blues en particulier, en visant la bande FM.

Son secret :

exit les blaireaux qui se reconnaissent en Robert Johnson et mettre son savoir-faire au service des blaireaux fans de Robert Cray (si si, il paraît que ça existe) au mieux. 

On renie l'héritage en espérant booster les ventes. Mais ça s'adresse à qui et ça s'écoute comment ?

C'est un album botoxé, mais pas inspiré.

Keb'Mo' a vendu son âme au diable, mais le malin, le vrai, celui du crossroad s'est fait la malle. Le bien a gagné sur le mal, le propre sur le sale...un comble.

L'autorisation de mise sur le marché d'un tel produit tue la confiance aveugle que l'on pouvait avoir pour le breuvage, car sa prescription ne sert à rien : ni effet thérapeutique, ni même d'effets secondaires...rien.

Une sorte de placebo, ou plutôt une recette éculée dans un emballage lourdement marketé, un peu comme un macaron de Ladurée, une espèce de tapette à souris consumériste.

Pardon, après analyse, dans les deux cas (Ladurée et Keb'mo') un excès de sucre tout de même .



Commenter cet article