Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 MUSIC and RUBBISH : Long Player Late Blogger

Ici des chroniques écrites par Lester (Serge) et Bangs (Jess). Présentations faites, passons au contenu : ce blog est destiné à faire partager des disques, récents comme oubliés, (connus par 3,52% de la population mondiale et par toi!). Parlons enfin Rock'n'roll, sans répit ni compromis. Sortez vinyles et tee shirt de fans, trainez en calbute, buvez bières & coca: Starting Over!

THE SMOKE (1968-USA)

Publié le 15 Juillet 2013 par Lester&Bangs in Les Oubliés

 

images.jpeg
THE SMOKE (Sidewalk Records- USA 1968) 

Michael Lloyd (vocals, keyboards, guitar, bass, horn and string arrangements), 
Stan Ayeroff (guitars)
Steve Baim (drums)

 


1. Cowboys And Indians (2:44)
2. Looking Thru The Mirror (1:43)
3. Self-Analysis (2:49)
4. Gold Is The Colour Of Thought (3:04)
5. The Hobbit Symphony (3:58)
6. The Daisy - Intermission (0:27)
7. Fogbound (2:21)
8. Song Thru Perception (1:45)
9. Philosophy (0:45)
10. Umbrella (2:28)
11. Ritual Gypsy Music Opus 1 (0:15)
12. October Country (2:46)
13. Odyssey (3:45)

 

Il y a les chefs d'oeuvre, les évidences consacrées : "Sergent Pepper" des Beatles, "Pet Sounds" des Beach Boys

Il y a ensuite les chefs d'oeuvre qui avec le temps ont eu la chance de sortir de l'ombre, " Odessey And Oracle" des Zombies, par exemple.

The Smoke lui, de la même époque, est resté dans l'ornière, planté, à l'abri du succès et de la notoriété,  pour le plus grand plaisir des collectionneurs, puisque la première édition CD date de 2003.

Enregistré à Los Angeles par Michael Lloyd (West Coast Pop Art Experimental), The Smoke rend hommage à ses maîtres, Beatles, Beach Boys, Zombies, mais par la puissance du hasard et la force de la volonté, cet album finalement débridé, rivalise avec les meilleures productions du moment.

C' est un album, structuré et complexe, de sunshine pop lumineuse. Loin d'être un obscur fatras psychédélique de plus, il est l'unique album de ce groupe, album essentiel, quasi holistique.

En effet le résultat époustouflant, que je crois totalement accidentel, est supérieur à la simple addition de la puissance intrinsèque de chaque morceaux. 

The Smoke est la preuve qu'il n'y a pas de recette, ni du succès ni du chef d'oeuvre.

 

 

 

THE SMOKE "Odyssey"

 

 

THE SMOKE "Umbrella"



  


                                                                                                                                        


Commenter cet article